• Accueil : Actus
  • Espace Réservé

    Produit

    Actus

    10/10/2012

    Le photovoltaïque avance à grands pas vers l’industrie


    Le petit-déjeuner débat BIP-Enerpresse du mardi 9 octobre était consacré au photovoltaïque et plus particulièrement à savoir « où en est cette industrie », à la veille du débat énergétique en France.


    Une vision optimiste de l’industrie photovoltaïque a été donnée mardi 9 octobre au cours du petit-déjeuner débat BIP-Enerpresse, après le coup porté par le moratoire sur les tarifs d’achat.

    Comme l’a souligné Loic de Poix, vice-président de SER-Soler, « le moratoire a fait beaucoup de mal en faisant disparaître entre 10 000 et 15 000 emplois et en a donné une très mauvaise image. » « La bulle devait être arrêtée, elle l’a été un peu brutalement, mais cela permettra peut-être d’arriver à une vraie industrie. » Et le débat énergétique du gouvernement peut permettre de montrer que « l’énergie ne sera pas ‘’une’’, mais un mixte d’énergies, » ajoute le responsable de la branche solaire du SER. En outre, il peut permettre de redonner confiance aux contribuables.

    Période de transition

     
    Un avis partagé par David Guinard, de l’Apesi (qui agrège des petits producteurs solaires). Ce dernier met néanmoins en garde le gouvernement car les PME qu’il représente sont bien plus sensibles que les grands groupes aux incessantes modifications de réglementation. L’Apesi juge aussi que « les mesures récentes prises par le nouveau gouvernement depuis son élection sont dérisoires » et estime que « le problème fondamental, à savoir l’absence de visibilité, n’a pas été réglé (par les mesures récentes). Nous n’avons qu’une vision à quelques semaines ou quelques mois. »

    Plus optimiste, Thierry Lepercq, le président de SolaireDirect, qui juge que « nous sommes dans une période de transition pour la filière solaire. Cette filière est compétitive aujourd’hui (et elle va l’être de plus en plus). » Cependant, « il n’y a pas aujourd’hui de politique industrielle solaire en France. ». Une telle politique suppose en effet, pour le « héraut » du 100 €/MWh (et même qui affiche les 70€/MWh dans 18 mois) et d’une industrie sans tarif d’achat, « une chaîne de valeur, une réflexion sur le positionnement sur cette chaîne de valeur et des acteurs. » Le moratoire a marqué la fin de l’approche « sans client » via les tarifs d’achat, poursuit-il. Et d’ajouter que « le territoire français doit servir de base arrière en vue de servir des marchés à l’étranger.

    Des marchés que connaît bien Yves Hamel, le représentant en France de Canadian Solar (membre de l’Afase). Un « sino-canadien » qui partage la « vision » de SolaireDirect estimant qu’il faut regarder ailleurs. « La chaîne de valeur est aujourd’hui mondiale. Mais 70 % du prix global d’une installation reste produit en local, le reste venant d’ailleurs. » Etre compétitif sera donc, là aussi la règle. « Est-il raisonnable de penser que la France puisse être exempte d’une industrie solaire après tous les efforts qui ont été faits ? Je pense que non », conclut Loic de Poix. »

    Source : Lemoniteur.fr

    Produit