18/09/2012

Stockage des EnR, fer de lance de la transition énergétique en Allemangne


Dans une note diffusée le 11 septembre dernier, le Centre d'analyse stratégique (CAS) décrit les difficultés auxquelles l'Allemagne va être confrontée pour réaliser sa transition énergétique (Energiewende) "comme le développement du réseau électrique national, le coût et le financement des investissements nécessaires, l'amélioration des techniques de stockage de l'électricité (...) ou encore les difficultés rencontrées par les fabricants de panneaux solaires en raison de la réduction des subventions et de la concurrence asiatique".

Fer de lance de l'Energiewende, les énergies renouvelables atteignent un seuil. Après une décennie de très fort développement, leur croissance semble s'essouffler, celle de l'éolien en particulier, à l'inverse du photovoltaïque qui a connu une montée en puissance de +7,5 GW en 2011. Mais la captation du marché par les fabricants chinois a porté un coup d'arrêt à la filière nationale, entraînant la faillite de plusieurs poids lourds nationaux comme Solarhybrid, Solon, Solar Millenium, Sovello, Q-Cells.

Ses capacités de production hydraulique étant par ailleurs saturées, le pays mise sur le biogaz pour la production d'électricité en co-génération et envisage d'en produire 10 à 15 TWh supplémentaires d'ici à 2020. "Cependant cette technique pourrait pâtir de la diminution annoncée des subventions et soulève la question des conflits d'usage des terres", note le CAS. La mer sera-t-elle le nouvel horizon de développement des EnR en Allemagne ? A moyen terme, Berlin compte sur un développement massif de l'éolien en mer. Pour 2020, l'objectif est d'installer 2.000 turbines géantes de 5 MW, qui devraient produire 30 TWh. "Pour l'instant, les coûts restent élevés et les progrès techniques pour en augmenter les performances ne sont pas identifiés", souligne la note.

Parmi les obstacles qui se dresseront sur la voie de la transition allemande figure la nécessité d'insérer les flux d'électrons dans le réseau et de développer le stockage des énergies renouvelables afin de réguler le débit et de compenser l'intermittence de la production. Les smart grids et le stockage sont encouragés par le gouvernement, mais "sont loin d'être matures économiquement", selon le CAS. Les recherches se concentrent sur le stockage à air comprimé dans des cavités souterraines par batteries électrochimiques et dans la production de méthane de synthèse. Entre temps, les industriels ont commencé à se reconvertir : hier géant des turbines nucléaires, Siemens a mis au point un modèle de centrale à gaz à cycle combiné qui détient le record de rendement pour une centrale de ce type.

Source et article complet : Actu-environnement.com

Actus...

Débat sur l'énergie : la gouvernance et le calendrier seront arrêtés le 13 décembre

30/11/2012

Le débat national sur l'énergie entre dans sa phase préparatoire avec la première réunion du Conseil national du débat. Cette vaste consultation devrait aboutir à la définition d'une trajectoire énergétique de la France, à l'horizon 2020 et 2050.

>> Lire la suite

innovation(s)

M&R Energies est un bureau d'ingénierie spécialisé dans le photovoltaïque proposant des solutions intégrant la production et l'auto-consommation d'énergie via des centrales solaires dédiées au...

>> Lire la suite